Conférence de Jamal Khader : le rôle des écoles chrétiennes en Terre Sainte

Le père Jamal Khader, directeur général des écoles du Patriarcat latin de Jérusalem, a témoigné ce mercedi à la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique de Paris, de la vitalité des écoles chrétiennes en Terre Sainte.

Biographie

Jamal Khader est un théologien chrétien palestinien et professeur, prêtre, catholique et militant pour la paix. Jamal Khader est né en 1964 dans le village palestinien de Zababdeh, dans le nord de la Cisjordanie. Il a été ordonné prêtre par Michel Sabbah en 1988.

Parcours

Professeur à l’Université catholique de Bethléem  depuis 2003, Khader a obtenu son doctorat en théologie dogmatique à l Université pontificale grégorienne de Rome avec une thèse sur le dialogue officiel entre l’Église catholique romaine et l’Église orthodoxe orientale. Il est membre du Comité de réflexion théologique et du Comité de dialogue avec les juifs du Patriarcat latin à Jérusalem. Jamal Khader enseigne au séminaire latin de Beit Jala, à l’université de Bethléem, au centre Emmaüs de Beit Sahour et au collège Mar Elias d Ibillin. Jamal Khader est président du département d’études religieuses et doyen des arts à l’université de Bethléem.

Formation de chrétiens palestiniens au dialogue interreligieux

Jamal Khader s’engage dans un dialogue avec les juifs et les musulmans avec la conviction que le développement et la formation de sa propre identité chrétienne l’a précédé. Khader est donc attaché à la normalisation et à l’amélioration de l’éducation religieuse chrétienne ainsi qu’à l’éducation interreligieuse dans le contexte islamo-chrétien de Bethléem. «Nous sommes en Terre Sainte. Nous pouvons et devons établir les normes de l’éducation chrétienne « , a-t-il déclaré.

Lors d’une conférence interreligieuse de Neve Shalom, dans le contexte islamo-chrétien de Bethléem, il a également exprimé son soutien à l’étude conjointe de l’Islam et du christianisme par les étudiants musulmans et chrétiens. L’Université catholique de Bethléem compte 65 % de musulmans et 35 % de chrétiens. Les études sur l’islam sont données par un professeur musulman et le christianisme par un chrétien. Cela se fait à partir des sources des religions respectives et non de leur propre perspective. Pour Khader, le dialogue interreligieux est une question d’écoute mutuelle et d’écoute directe des points de vue théologiques des uns et des autres. Il voit Bethléem comme « un microcosme de la société palestinienne dans son ensemble ».

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s