Apéro JéruJel’Aime : la tradition des icônes par Raphaëlle Ziadé

Le 19 juin avait lieu le dernier apéro JéruJel’Aime avant l’été au pub Saint-Michel dans le 5e arrondissement de Paris. Instants de convivialité et de retrouvailles, les apéros JéruJel’Aime organisés par la Tribune de Terre Sainte réunissent des volontaires et des pèlerins qui ont été marqués par leur séjour en Terre Sainte.

À la fois œuvre d’art et objet de culte, l’icône occupe une place de premier plan dans la spiritualité et le culte des chrétientés orientales. Apparue durant l’Antiquité dans l’Empire byzantin, la production des icônes connut un remarquable essor à l’époque médiévale. Après la chute de Constantinople en 1453, les fidèles des communautés chrétiennes orthodoxes, notamment en Grèce, Russie et dans les Balkans, continuèrent à produire des icônes indispensables à la pratique de leur foi.

2019-06-19_apc3a9ro_jc3a9rujel27aime_by_benoit_soubeyran_06
Marie entourée de Jean Damascène et d’Isaïe, au-dessus de la Jérusalem céleste

Le Petit Palais à Paris détient la plus importante collection française d’icônes, principalement issues de Crète, de Grèce, des Balkans et de la Russie. Ce trésor méconnu, riche de 76 peintures et 5 images brodées, offre un large aperçu des différentes écoles qui se développèrent après la chute de l’Empire byzantin et rend compte de l’un des pans les plus importants de l’art religieux du christianisme oriental. Cette remarquable collection, léguée par un passionné, bénéficie depuis quelques années d’un nouvel espace d’exposition pensé par la conservatrice du département byzantin Raphaëlle Ziadé

Biographie de Raphaëlle Ziadé

Responsable du Département byzantin du Petit Palais, Raphaëlle Ziadé est spécialiste du christianisme oriental.

Origines

2019-06-19_apc3a9ro_jc3a9rujel27aime_by_benoit_soubeyran_05

Française de père libanais, elle est née à Paris et grandit à Montréal. Elle a 12 ans lorsque son père diplomate est nommé à Bagdad, quelques mois avant le déclenchement de la guerre Iran-Irak. Puis viendra la Jordanie,  la visite des sites mésopotamiens avec l’assyriologue Jean Bottéro la marque en profondeur.

Pétrie de culture humaniste, spécialiste de l’histoire de l’Église, elle puise à des racines plus profondes encore, sa famille paternelle étant originaire de la région de Byblos, « la plus ancienne ville encore habitée du monde ».

Parcours académique et professionnel

Elle se lance dans une thèse de doctorat en histoire des religions, soutenue en 2002 sous le titre « Les martyrs Maccabées et leur panégyrie dans l’Orient chrétien du IVe siècle » tout en exerçant des fonctions de management à la Ville de Paris. Puis s’ouvrent les portes du Petit Palais. En 2009, elle est commissaire de l’exposition Le Mont Athos et l’Empire byzantin. Trésors de la Sainte Montagne, puis, en 2017, de Dieu (x), modes d’emploi. En 2018, elle est la commissaire scientifique de l’exposition Chrétiens d’Orient. 2 000 ans d’histoire à l’Institut du monde arabe.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s