La Bibliothèque Lucien Deiss à Chevilly-Larue

Le stage de retour de volontariat organisé par la DCC m’a permis, le temps d’un week-end, de retrouver d’autres volontaires revenus des quatre coins du monde. Un temps libre le samedi après-midi du 25 mai a été l’occasion de faire un tour dans la Bibliothèque Lucien Deiss qui ne pouvait que me remémorer la bibliothèque que j’avais eu l’honneur de cataloguer, celle de la communauté assomptionniste de Saint-Pierre en Gallicante à Jérusalem. Je remercie infiniment le bibliothécaire, le P. Philippe Rivals qui m’a offert une belle visite de ce lieu et m’a fait connaître un autre logiciel de gestion des bibliothèques ABCD (automatisation de bibliothèques et centres de documentation).

Présentation

Au sein de la propriété du Séminaire des Missions de Chevilly-Larue se trouve la bibliothèque de la Province de France des Spiritains. Elle compte aujourd’hui à peu près 80 000 ouvrages de théologie, ethnologie, droit, etc. avec notamment une riche collection sur l’Afrique, et environ 45 revues spécialisées.

Pendant quelques années, elle a organiséune exposition de livres anciens pour les Journées du patrimoine. La revue Spiritus, éditée par un collectif de congrégations missionnaires, a son siège également ici. Elle fait partie du réseau de l’Association des Bibliothèques Chrétiennes de France.

Historique

Dès les années 1700, le Séminaire du Saint-Esprit à Paris s’est doté d’une bibliothèque au service des professeurs et des étudiants en vue d’un départ en mission. Dans les années 1850, elle a été considérablement enrichie par le P. Mathurin Gaultier (1803-1869). Le fonds Gaultier comptait aujourd’hui environ 10 000 volumes.

Pour disposer de plus d’espace, la bibliothèque s’est installée à Chevilly en 1959. Elle était auparavant située rue Lhomond à Paris. Elle porte le nom du P. Lucien Deiss (1921-2007), compositeur de chants religieux et exégète spiritain, artisan du renouveau liturgique avant et après Vatican II.

Parmi ceux qui ont contribué à enrichir ses collections, on peut citer les noms de Roger Le Déaut (1923-2000), spiritain et professeur de langue et de littérature araméenne et targomique à l’Institut biblique pontifical à Rome, ainsi que celui de Charles-Robert Ageron (1923-2008), historien spécialiste de la colonisation française en Algérie, qui furent d’important donateurs pour la Bibliothèque.

2019-05-26_bibliothc3a8que_lucien_deiss_by_benoit_soubeyran_01

2 commentaires sur “La Bibliothèque Lucien Deiss à Chevilly-Larue

  1. Merci pour votre communication.
    Je repère quelques erreurs.
    Le logiciel s’appelle ABCD (automatisation de bibliothèques et centres de documentation)
    Gauthier (2de occurrence) doit s’écrire Gaultier
    Colonisation

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s