Journée Koha à l’ENSSIB : gestion des ressources électroniques et atelier wikipédia

Le 24 janvier 2019 se tenait la journée Koha à l’ENSSIB : l’occasion de rencontrer d’échanger avec d’autres bibliothécaires confrontés aux problématiques de la transition bibliographique et du développement des outils libres. Le SIGB Koha est en effet l’un des SIGB libres les plus utilisés en bibliothèques.

De 10h30 à 11h00, l’INSA de Lyon a présenté au public un retour d’expérience sur l’installation de Coral. Cet ERM permet une interopérabilité avec Koha pour partager les données bibliographiques ainsi que les données d’abonnement et budgétaires. Je mets à profit cet article de blog pour expliciter cette notion de gestion des ressources électroniques.

DSCN0084

Gestion des ressources électroniques

La Gestion des ressources électroniques ou en anglais Electronic resource management (ERM) correspond aux pratiques et aux techniques utilisées par les bibliothécaires et le personnel des bibliothèques pour suivre la sélection, l’acquisition, l’octroi de licences, l’accès, l’entretien, l’utilisation, l’évaluation, la conservation et la désélection des ressources d’information électronique d’une bibliothèque. Ces ressources comprennent, sans toutefois s’y limiter, les revues électroniques, les livres électroniques, les médias en streaming, les bases de données, les ensembles de données, les CD-ROM et les logiciels informatiques.

Historique

Après l’avènement de la révolution numérique, les bibliothèques ont commencé à intégrer des ressources d’information électroniques à leurs collections et services. L’inclusion de ces ressources était motivée par les valeurs fondamentales de la bibliothéconomie, telles qu’exprimées par les cinq lois de Raganathan en bibliothéconomie, en particulier la conviction que les technologies électroniques rendaient l’accès à l’information plus direct, pratique et opportun. Toutefois, à la fin des années 1990, il est devenu évident que les techniques utilisées par les bibliothécaires pour gérer les ressources matérielles n’étaient pas bien transférées sur le support électronique. En janvier 2000, la Digital Library Federation (DLF) a mené une enquête informelle visant à identifier les principaux défis auxquels font face les bibliothèques de recherche en matière d’utilisation des technologies de l’information. L’enquête a révélé que le développement des collections numériques était considéré comme la plus grande source d’anxiété et d’incertitude chez les bibliothécaires, et que les connaissances concernant le traitement des ressources électroniques étaient rarement partagées en dehors des bibliothèques individuelles. Par conséquent, la Digital Library Federation a créé l’Initiative sur les pratiques de recouvrement et commandé trois rapports dans le but de documenter les pratiques efficaces de gestion des ressources électroniques.

Dans son rapport de 2001 intitulé Selection and Presentation of Commercially Available Electronic Resources, Timothy Jewell, de l’Université de Washington, a parlé des techniques de gestion locales et ad hoc utilisées par les bibliothèques universitaires pour l’acquisition, la concession de licences et l’activation des ressources électroniques. Il a conclu que « les systèmes et logiciels de gestion de bibliothèque existants manquent de fonctionnalités et de fonctionnalités importantes » pour suivre les ressources électroniques et que « des efforts coordonnés pour définir les besoins et établir des normes pourraient s’avérer d’un grand avantage ».

La Transition bibliographique

Les autres présentations de la journée ont évoqué différentes thématiques liées à la transition bibliographique. L’outil conçu par Étienne Cavaillé Bibliostratus a été évoqué. Il permet de convertir des fichiers UNIMARC vers des fichiers tabulés. Paul Poulain a décrit le vendangeur de BibLibre pour aligner les notices d’un catalogue vers celui de la BnF. Il faut savoir que l’année 2019 sera marquée par la réforme RAMEAU. Surtout, le BIBFRAME est appelé à remplacer l’UNIMARC.

DSCN0093

De tous les points évoqués, plusieurs me semblent particulièrement importants car ils sont liés à l’article que j’avais publié en 2018 sur le problème de génération de doublons parmi les autorités, lié au fait que le FRBNF n’est pas pérenne par rapport à l’ark.

Atelier Wikipédia

DSCN0111

À la suite de cette riche journée Koha de 10h à 16h55, la chance m’a permis d’assister à l’atelier Wikipédia animé par Lyokoï de 17h à 19h au sein même de l’enceinte de l’ENSSIB. Cet atelier, organisé dans le cadre de la campagne 1Lib1Ref, permettait de découvrir le fonctionnement de Wikipédia et les collaborations possibles en bibliothèque. Il permettra ainsi le lancement d’un cycle d’ateliers de contribution à Wikipédia autour des sciences de l’information et des bibliothèques.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s